NE SOUS-ESTIMEZ PAS la charge D'UN SOIN INFIRMIER À LA MAISON

11



En général, les propriétaires d’un animal souffrant d’une maladie chronique ou en phase terminale éprouvent une surcharge émotionnelle, de stress et d’anxiété qui pourraient réduire leur efficacité dans le soin vital de l’animal et leur propre qualité de vie. 

En effet, des recherches dans le cadre du soin palliatif humain ont montré qu'une surcharge de soins peut générer un stress énorme pour la personne soignante, ce qui pourrait même nuire à sa propre santé et à son état psychologique. Il est donc important que le vétérinaire ainsi que la personne soignante soient conscients de cette possible surcharge et organisent les traitements de fin de vie de manière à ce que votre ami à quatre pattes - ET vous ! - soyez capables de faire face à la vie quotidienne de la meilleure façon possible.

 

Source et lectures supplémentaires
→ petcaregiverburden.com

 

Défis rencontrés par le propriétaire du chien

11.1

 

Une fois que votre chien a reçu un diagnostic de cancer, votre vie et celle de votre chien vont inévitablement changer radicalement. Ces changements peuvent être difficiles à gérer et peuvent vous mettre à l’épreuve, ainsi que votre famille et vos amis. Il est normal que de nombreux sentiments différents et parfois confus surviennent.

Vous êtes peut-être inquiet pour votre horaire (obligations professionnelles, de loisir…), votre famille, vos habitudes quotidiennes ou hebdomadaires. Il est également courant de s’inquiéter du traitement et des effets secondaires, des séjours à la clinique, des visites régulières chez le vétérinaire et des frais médicaux.

Votre vétérinaire peut répondre à toutes vos questions sur le diagnostic, le traitement, la thérapie et la manière dont votre domicile pourrait être mieux adapté au patient en phase terminale. Vous pouvez demander le coût approximatif du traitement (couverture assurance), et des thérapies suivantes. 

Vous voudriez peut-être aussi parler de vos préoccupations et de vos sentiments avec votre famille et amis. Vous trouveriez peut-être utile de discuter de vos préoccupations avec d'autres propriétaires de chiens ayant vécu la même expérience.

S’échanger et se renseigner c’est décharger et recharger !

Des sites Internet non-commerciaux tels que  www.aliceribbon.ch   peuvent vous donner des idées sur à quoi s'attendre lors de ce dernier voyage commun avec votre chien, pendant et après votre assistance de fin de vie.

N'ayez pas peur de demander et d'accepter de l'aide !

 

La charge financière

11.2

 

Une fois le diagnostic de cancer établi, il convient de prendre en compte certaines considérations importantes sur l’aspect financier - bien que l’on n’aime pas parler d’argent dans ces moments cruciaux et émotionnellement intenses.

Consulter un vétérinaire ou un oncologue vous aidera sûrement à obtenir un chiffre approximatif des frais médicaux. Les coûts réels dépendront bien sûr de la réaction de votre chien aux traitements. Il existe de nombreux autres facteurs pouvant influer davantage les coûts finaux. Il existe des traitements contre le cancer qui peuvent coûter quelques centaines d’euros par mois, alors que d’autres s’élèvent à plusieurs milliers d’euros à la fin du traitement.

Aux chapitres 7 et 8 sur le dépistage, les traitements et les thérapies, le Centre d'Oncologie et d'Imagerie Animales de Hünenberg (Suisse) a généreusement établi des estimations approximatives des prix. Ce sont bien sûr des estimations qui se limitent à 2018 et au cas de la Suisse, mais elles vous donnent une idée réaliste des coûts auxquels vous pouvez vous attendre.

Pour pouvoir surmonter une phase de maladie ou un accident de votre chien en plus de la tranquillité, la souscription d'une police d'assurance pour animaux est donc l'une des étapes les plus importantes immédiatement après l'achat d'un chien. Une assurance couvrira tout, ou au moins une partie de futurs traitements d’une maladie ou d’un accident grave de votre chien. Sachez pourtant que les règles de santé préexistantes de votre chien vous empêchent généralement de contracter une assurance si votre chien a déjà été diagnostiqué avec une maladieLa plupart des compagnies d’assurance insistent sur une période d’attente avant de payer les frais de traitement. Il est donc impératif de souscrire une assurance animaux contre la maladie et les accidents dès que vous avez acheté votre chien ! 

 

IL VAUT MIEUX PREVENIR QUE GUERIR !!

 

Voici également quelques chiffres provenant des États-Unis à titre d'exemple. Selon la National Canine Cancer Foundation USA, en 2017, le coût (en dollars américains) était:

  • pour la première visite dans une clinique pour un diagnostic: environ 200 $.
  • pour une intervention chirurgicale majeure pour enlever une tumeur maligne située profondément dans le corps : à partir de 1 500 $.
  • pour un traitement de chimiothérapie selon le type et la gravité du cancer : entre  200 $ et 2000 $
  • pour une radiothérapie : entre 2 000 $ et 6 000 $.
  • pour des médicaments supplémentaires tels que des analgésiques ou des antibiotiques : entre 30 et 50 $ par mois.

Ressources et lectures complémentaires:

→ What to Do When Your Dog is Diagnosed with Cancer: Treatment, Prognosis, and Costs

 

Ci-dessous, vous trouverez également les coûts moyens estimés pour des traitements en Suisse pour l'année 2017 :


 Ressource:
→ comparis.ch

 

La charge temporelle

11.3

Un chien en phase terminale peut présenter un défi surprenant, non seulement sur le plan émotionnel, mais également en termes de logistique et de temps. Les soins palliatifs nécessitent un engagement actif et une surveillance constante de la part de la personne soignante : DE VOUS. (voir chapitre 9).

N'oubliez pas que prendre soin de votre animal c'est avant tout prendre soin de vous. Sinon, comment pouvez-vous avoir l'énergie nécessaire pour aider votre ami à quatre pattes ?

Lorsque votre chien ne pourra plus quitter la maison, vous devrez envisager de rester à la maison plus souvent pour prendre soin de lui. Cela pourrait mettre une pression non seulement sur vos obligations professionnelles, mais aussi sur votre famille et vos amis. Ils peuvent se sentir frustrés et négligés parce que vous devrez passer tout votre temps avec votre chien malade.

En ce qui concerne vos obligations professionnelles : Votre employeur vous accordera-t-il un congé payé (ou non-payé) si vous devez vous absenter du travail pour soigner votre chien ?

En un mot, vous pourriez avoir un sentiment de rupture de la "vie normale" pendant la période du soin palliatif à la maison.

 

Quelles tâches vous attendent pendant la période de soins palliatifs et de phase terminale ?

11.3.1

  • 1

    Tenir un dossier médical quotidien :

    Des conditions du chien, des changements dans ses habitudes alimentaires et de soulagement. Les dates de traitement et les effets secondaires constituent un outil précieux pour déterminer le déroulement futur du traitement, pour vous et votre vétérinaire.

    Surtout en période de crise comme celle-ci, il peut être difficile de se souvenir de tout, même si vous avez généralement une excellente mémoire. Noter tous les événements et changements observés fournit un enregistrement précieux.

  • 2

    Respecter le plan de traitement quotidien :

    Quels dosages de quels médicaments ont été administrés à quelle heure de la journée ? Notez tout méticuleusement pour ne pas oublier.

  • 3

    Évaluer le niveau de la douleur du chien:

    Évaluez la qualité de vie de votre chien au quotidien et administrez des analgésiques en conséquence (voir chapitre 9). Parlez-en à votre vétérinaire.

  • 4

    Préparer un régime alimentaire spécial :

    Dans la plupart des cas, votre vétérinaire ou votre nutritionniste pour animaux vous prescrira des aliments complets spécialement pour le patient atteint de cancer (voir chapitre 10) que vous devrez préparer quotidiennement.

  • 5

    Transporter votre chien chez le vétérinaire ou à la clinique :

    Préparez-vous à des visites régulières, parfois quotidiennes, chez votre vétérinaire ou votre clinique  pour un suivi ou un traitement (par.ex. la radiothérapie). Une fois toutes les 3 semaines si vous avez opté pour la chimiothérapie par injection.

  • 6

    Fournir un niveau de soins accru :

    Votre animal de compagnie perdra inévitablement certaines de ses fonctions corporelles : il ne pourra plus marcher, manger de nourriture solide, se soulager seul etc. Vous devez donc au fur et à mesure l'aider et le soutenir dans ses fonctions vitales : le nourrir à la main, lui mettre des couches pour animaux, garder son dortoir méticuleusement propre, etc.

  • 7

    Aider votre chien à marcher et se déplacer:

    Votre chien pourrait développer un problème de mobilité. Cependant, il est important pour sa qualité de vie de le maintenir en mouvement et de s’engager avec le monde extérieur aussi longtemps que possible. Donc, vous devrez peut-être l'aider à marcher, par exemple à l'aide d'une serviette sous la poitrine.

  • 8

    Effectuer des tâches infirmières simples:

    Par exemple, changement de pansement, nettoyage de la plaie, administration de médicaments ou pose d'une sonde d'alimentation lorsque notre chien ne peut plus manger.

  • 9

    Se préparer mentalement et émotionnellement à dire au revoir :

    Si vous souhaitez accompagner votre chien jusqu'à sa mort naturelle (aidé par des médicaments soulageant la douleur et l'anxiété pour passer paisiblement ses derniers jours ou ses dernières heures à la maison, voir le chapitre 9), ou que vous considérez que l'état de votre chien exige l'euthanasie (à la maison ou chez le vétérinaire) ? Vous devriez y penser maintenant, même si cela fait mal.

    Un commentaire personnel au sujet euthanasie:

    Des recherches ont montré que 50% des propriétaires d’animaux de compagnie regrettaient par la suite la décision de l’euthanasie ou souffraient émotionnellement de cette décisionPensez aux options à temps et discutez-en avec votre vétérinaire et votre famille pour vous protéger des sentiments de remords et des traumatismes. 

Le poids psychologique

11.4

Des études sur le poids psychologique des personnes soignantes ont montré que les soignants d’animaux domestiques souffrent tout autant que les personnes soignantes qui s’occupent des membres de leur famille.

En fait, la charge de soigner des êtres humains ou des animaux domestiques gravement malades suit le même schéma : nuits blanches, contraintes de temps dues à de nombreuses visites chez le médecin/vétérinaire, perte de la vie sociale normale, charge financière et bien plus encore. Tout cela peut entraîner une réduction de la qualité de vie, de l'anxiété et de la dépression.

Le Dr Spitznagel (États-Unis), qui a initié des recherches dans ce domaine, a lancé un blog appelé  petcaregiverburden.com,  qui thématise les conséquences de la charge des personnes soignantes pour animaux de compagnie. L'objectif de l’équipe de recherche scientifique est d'aider les propriétaires de chien malade à réduire le stress et à tirer le meilleur parti du temps qui leur reste avec leur chien.

La recherche du Dr. Spitznagel permettra également aux vétérinaires à mieux comprendre et à gérer plus efficacement l'inconfort du client dans la gestion d’un chien malade à la maison et à surmonter les défis liés à la charge.


Premiers signes de stress chez la personne soignante

11.4.1

En tant qu'aidant, vous pourriez être tellement concentré sur l'animal bien-aimé que vous ne réalisez pas que votre santé et votre propre bien-être sont affectés. Faites attention à ces signes de stress typiques :

  • Se sentir dépassé par les exigences ou constamment inquiet
  • Se sentir fatigué la plupart du temps
  • Dormir trop ou trop peu
  • Augmentation ou perte inhabituelle de poids
  • Devenir facilement irritable ou en colère
  • Perdre de l'intérêt pour les activités que vous avez aimées
  • Se sentir triste et déprimé
  • Avoir des maux de tête fréquents, des douleurs ou d'autres problèmes physiques
  • Abus d'alcool ou de drogues, y compris de médicaments sur ordonnance

Trop de stress, surtout pendant une longue période, peut nuire à votre santé. 


Stratégies pour gérer le stress

11.4.2

  1. Être informé sur la maladie :

Avoir une bonne compréhension de la maladie, de sa trajectoire, du processus de la mort et des compétences nécessaires pour prendre soin de votre chien malade minimisera votre stress et vos souffrances.

C'est pourquoi il est si important et utile de penser aux éventualités avant même un diagnostic. Ce qui n'est pas toujours facile ! Qui veut penser à la maladie et à la mort quand un chiot adorable s'amuse à bouleverser votre vie et votre maison ? 

Le site Web www.aliceribbon.ch a pour objectif de fournir aux propriétaires de chiens une information brève, utile et facile à comprendre, leur permettant de se préparer, voire d'éviter des moments difficiles.


  1. Tenir un journal :

Tenez un journal de la condition de l’état mental et physique de votre chien, ses interactions sociales, ses progrès et régressions, de vos pensées et vos préoccupations, vos joies et inquiétudes. Emportez le cahier partout avec vous pour pouvoir noter vos pensées immédiatement. Vous voudriez peut-être accompagner le journal d'images et/ou de vidéos. En ces temps difficiles, tout écrire fournit un enregistrement permanent qui pourrait être important à consulter ultérieurement. 

En même temps, ce sera l'héritage intime de vous et de votre chien et le souvenir d'un moment émotionnellement très intense et spécial de votre vie commune. Le journal pourrait également vous aider à vous rassurer que vous avez fait tout ce qui est humainement possible pour aider votre ami. Le livret sera une partie utile de votre processus de deuil.


  1. Accepter l'aide externe :

N'ayez pas peur de demander de l'aide aux autres ! Vous pouvez laisser vos amis choisir ce qu’il ou elle veut/peut faire pour vous : une personne peut se porter volontaire pour promener vos autres chiens/enfants une ou plusieurs fois par semaine. Quelqu'un d'autre pourrait proposer de faire les courses pour vous etc..


  1. Se concentrer sur ce que l’on peut vraiment accomplir : 

Il est normal de se sentir coupable ou parfois inadéquat. Mais la personne soignante «parfaite» n'existe pas. Croyez en vous et dans la façon dont vous faites de votre mieux et prenez les meilleures décisions pas par pas.


  1. Fixer des objectifs réalistes :

Divisez les tâches importantes en petites étapes que vous pouvez maîtriser. Priorisez, créez des listes des routines quotidiennes (que devez-vous faire en premier, qui appeler, quand faire une pause, etc. ?) et cochez les entrées successivement. C'est très satisfaisant et donne une structure à votre journée. Commencez par dire NON aux demandes ou aux tâches supplémentaires qui gaspillent de votre énergie. Economisez votre énergie !


  1. Chercher des services d’assistances externes :

Demandez à votre vétérinaire ou consultez Internet pour des services payants dans votre ville qui pourraient vous faire gagner du temps pour être plus disponible pour vous-même et/ou vos amis. Cela pourrait être un taxi pour animaux de compagnie, une livraison d'épicerie à domicile, une garde de chien, une aide au nettoyage, etc. Cela vous permettra de souffler un peu. 

Il est important que les personnes soignantes prennent du temps pour eux-mêmes et pour les choses qu'elles aiment faire. Cependant, de nombreux propriétaires de chiens ont peur de laisser leur chien malade seul, même pour une période brève. Ils craignent que quelque chose d'inattendu puisse se produire lors de leur absence, ce qui ne fait qu'augmenter leur stress. C'est un sentiment compréhensible. Une solution : Invitez vos amis à prendre un café à votre domicile.


  1. Rechercher le soutien de ses amis :

Continuez à rester en contact avec votre famille et vos amis qui peuvent vous offrir un soutien émotionnel dépourvu de jugement. Réservez du temps chaque semaine pour des rencontres, même s'il ne s'agit que d'une promenade ou d'une tasse de café avec un ami.


  1. Établir des objectifs personnels de santé :

Par exemple, fixez-vous comme objectif d'établir une bonne routine de sommeil ou de trouver le temps de faire des activités physiques durant la semaine. Mangez sainement et buvez beaucoup d'eau.


  1. Voir votre médecin :

N'hésitez pas à parler de vos préoccupations ou de vos symptômes avec votre médecin de famille. Assurez-vous de lui dire que vous soignez un animal de compagnie en phase terminale. 


 

 Sources et lectures supplémentaires

→ Caregiver stress: Tips for taking care of yourself

→ Caregiver burden in owners of a sick companion animal: a cross-sectional observational study